Contributeur du mois : Joost Schouppe

Joost Schouppe est sociologue de formation (parce que selon lui c’est le moins spécialisé que vous pouvez faire) et il travaille dans un bureau d’études sociaux qui traite de divers domaines. Le travail se place généralement à l’intersection des statistiques et de la géographie, là où les bases de données de l’administration sont converties en connaissances. C’est ainsi que Joost a eu l’occasion de plonger dans le traitement de données, à la fois dans SPSS (Statistical Package for the Social Sciences) et le monde merveilleux de ArcGIS. Vous pouvez retrouver beaucoup des résultats de la bureau d’étude sur le “Buurtmonitor” d’Anvers. En outre, Joost est amoureux de la nature et amateur d’atlas, d’encyclopédies et de guides de voyage, de préférence, mais pas seulement, ouverts et numérisés.

Comment avez-vous appris à connaître OSM ?

J’ai redécouvert OpenStreetMap lorsque j’ai eu mon premier smartphone et, lorsque à l’étranger, j’ai voulu avoir des cartes sans frais. La première fois que j’ai utilisé OSM c’était avec OsmAnd - sur une promenade beaucoup trop fréquentée OSM m’a montré une petite route alternative sans aucun autre marcheur.

Utilisez-vous OSM vous-même ?

Après une mauvaise expérience avec une carte GPS onéreuse en Afrique du Sud, j’ai utilisé OsmAnd lors d’un voyage ultérieur en République Dominicaine pour faire un tour d’un mois en 4x4. La carte était déjà utilisable, mais il y avait encore beaucoup de travail. Je me souviens encore du choc quand j’ai compris que je devais complètement “calquer” ce serpent kilométrique à partir de la trace GPX, et que je ne pouvais pas simplement l’importer. J’avais déjà un compte depuis longtemps car en 2008 j’avais conçu le plan de cartographier le petit village bolivien où je résidais alors. Mais il n’y avait encore rien dans la région il n’y avait pas d’images satellitaires disponibles et je n’avais pas de GPS. Donc, ce fut sans suite. Ce n’est qu’au début de 2013 que j’ai commencé à contribuer. Ma femme et moi sont plutôt des voyageurs. À domicile signifie explorer les bosquets des environs. Même en Flandre, dans chaque bois il y a encore une petite route à dessiner. Maintenant, nous venons de rentrer d’un voyage en camping-car à travers l’Amérique du Sud. Pendant une année et sur 32000 km nous avons navigué avec OsmAnd. Soyons clair : la carte est là absolument prête pour la navigation. Mais dans les villes, c’est plus difficile, il y a [sur OSM] encore trop peu de restrictions de virage et il a de nombreuses infrastructures parfois assez chaotiques. J’ai entraîné mon épouse à prendre au vol des notes et à enregistrer des points d’intérêt dans OsmAnd. Finalement, elle a fini par me rappeler : “Est-ce qu’on ne doit pas signaler qu’il y a ici une erreur ?”. Et bien sûr, nous avons tout tracé. Surtout pour les sentiers et les zones avec des images satellite nuageuses particulièrement avantageuses. Au Pérou, la plupart des routes principales peuvent toujours faire l’objet d’une session “improve geometry”.

Comment cartographiez-vous ?

Dans ce domaine-là, je suis omnivore. Parce que je n’ai pas vraiment une spécialisation et parce que j’ai l’habitude de ne pas utiliser un logiciel qui nécessite un introduction, je n’ai jamais pris la peine d’apprendre JOSM. Mais Potlatch est beaucoup plus facile que ne le pense la plupart des gens. Je travaille principalement dans les zones vides : de la numérisation de photos aériennes à la recherche de routes et d’implantations, sans planification préalable. Avec le smartphone, j’utilise uniquement OsmAnd. C’est à peu près tout. Avec un peu d’attention, vous pouvez placer la plupart des POI au bon endroit. Et si la carte est trop complexe, ou si je ne connais pas les balises, ou si avec OsmAnd ce n’est pas possible, alors je fais une note. Entretemps, je suis dans le top 50 des utilisateurs de “Notes” dans le monde. Et aussi parce qu’il est amusant de clôturer les “Notes” encore ouvertes et que vous apprenez à cartographier les choses les plus diverses. Ma première [restriction de virage}(http://wiki.openstreetmap.org/wiki/Relation:restriction), je l’ai faite car depuis des mois j’avais des Notes faites à La Paz en Bolivie. Une fois j’ai essayé Mapillary, mais avec peu de succès: la batterie connectée au chargeur a été vidée, la navigation ne pouvait plus se faire au premier plan et, en quelques heures, tout l’espace libre était pris. Bien que j’ai commencé assez tardivement à cartographier, mes premières contributions étaient encore principalement des nouvelles routes et des chemins. Une école facile, où vous ne risquez pas de faire d’erreur. Et pour cela vous ne devez plus être en Europe, sauf si vous êtes intéressé par des petits sentiers forestiers. Cinq ans plus tard, je me suis donc mis à cartographier ce petit village bolivien, Coroico. Je connaissais la zone à fond, et j’avais pris des notes écrites des années auparavant. Coroico est probablement à ce jour le village d’Amérique du Sud qui a été cartographié le plus en détail. Dans cette région, j’ai aussi scanné des centaines de kilomètres carrés d’habitat et de voiries. Strictement parlant, c’est la cartographie de fauteuil, c’est ce que je fais le plus. Mais seulement dans les zones que je connais plus ou moins ce qui aide certainement à interpréter les images satellitaires. Quand j’ai personnellement besoin des divisions administratives, là j’ai été vraiment absorbé. Je n’ai rien téléchargé de réellement neuf, mais partout dans le monde, j’ai beaucoup nettoyé. J’ai reçu beaucoup d’aide de Wambacher, qui avait évidemment le même objectif dans le but d’améliorer son outil utilement. L’utilisation de la carte en Amérique du Sud m’a aussi permis d’aborder le travail difficile mais important portant sur une bonne classification des routes. Pour nous, l’état d’une route est considéré comme un détail, quelque chose comme “est-ce une rue pavée dans le centre ou est-ce une rue avec des dalles”. Dans les pays où le réseau routier est moins développé, vous voulez d’abord savoir si la route est praticable avec votre véhicule. Bien que les données soient déjà là -parfois -, il y a trop peu d’applications qui l’utilisent. J’ai personnellement ajouté des tags sur le revêtement pour plusieurs milliers de kilomètres de route. En Argentine et au Chili, les données presque complètes, et pourtant nulle part vous ne trouverez une carte qui fasse un usage optimal de cette information. Comme beaucoup de cartographes peut-être que je suis un peu névrotique : cela procure la satisfaction de saisir le monde réel complexe en quelques catégories simples. Une fois que vous commencez quelque chose, le fait que cela soit incomplet ou imparfait vous dérange jusqu’à ce que vous ayez éliminé les carences. Les petites routes de la haute Amazone bolivienne. Ou tous les quartiers périphériques de El Alto. Sans s’en rendre compte, vous y êtes occupé à dessiner ces petits sentiers durant un mois ou deux. Et quand ce sera achevé, vous commencez à vous perturber pour les quelques lacunes dans les types de terrain (landuse) qui existent encore en Flandre. Pour moi, cartographier, c’est comme remplir un sudoku. Cela nécessite une certaine concentration, mais d’une manière étrange, c’est très relaxant. Et cartographier est bien sûr infiniment plus utile. Je crois aussi que davantage de données signifie davantage d’utilisateurs et plus d’utilisateurs veut dire plus de contributeurs. Si le réseau routier en Bolivie en OpenStreetMap est le meilleur disponible - et devinez ce qu’il en est - alors plus d’instances feront usage de cette carte. Lors du “State of the Map” à Buenos Aires, il y a eu une présentation d’un délégué d’une agence gouvernementale bolivienne consacrée à la protection des forêts qui a utilisé OpenStreetMap. Il a déclaré comment à un moment donné ils ont dû aller à l’autre bout du territoire. Tout le monde leur a dit de faire un détour de 800 kilomètres, mais sur OpenStreetMap le raccourci apparaissait. L’idée que quelqu’un comme moi, ou - qui sait - moi-même peut-être, a dessiné cette petite route me procure un sentiment fort chaleureux.

Avez-vous fait d’autres choses en rapport avec OSM ?

Malheureusement, je ne suis plus un homme d’idées que d’action et dans OpenStreetMap cela n’est pas accueilli avec beaucoup d’enthousiasme. OpenStreetMap a une très forte culture “do it yourself”. J’ai toute une liste de petits projets dans ma tête, que je distille parfois à travers le monde, parfois pas. Sur help.osm.org et sur forum.osm.org je suis actif à la fois en posant des questions et parfois en répondant. Et je suis occupé à travailler sur un projet avec Swing permettant de visualiser l’évolution de OSM à travers le monde à des échelles allant de la région au monde entier. Cela va malheureusement beaucoup plus lentement que ce que j’avais prévu mais, heureusement, j’ai eu un soutien extraordinaire de Ben Abelshausen et de quelques autres personnes. C’était valorisant d’avoir la chance de présenter cela au State of the Map à Buenos Aires, quoique j’eusse espérer, à ce moment, présenter beaucoup plus. En qualité d’overlander je pensais devoir motiver d’autres voyageurs à utiliser OpenStreetMap. Cela n’a pas été nécessaire : la majorité de ceux qui voyagent en voiture à travers le monde a trouvé depuis longtemps leur chemin vers nous. Malheureusement, avec la plupart des applications et des périphériques, il n’est pas facile de faire d’un utilisateur un collaborateur. La seule exception que je connaisse est bien sûr OsmAnd, mais pour beaucoup, c’est un seuil élevé. J’ai donc posté un article sur un blog sur la manière d’installer et d’utiliser OsmAnd pour améliorer la carte. Cela est devenu une opération bien réussie, mais il est nécessaire de compléter et de mettre à jour pour la version 2.0 . Et ce serait super si OsmAnd devait s’améliorer et être plus facile à utiliser, et si quelqu’un s’attachait à offrir les mêmes caractéristiques mais d’une manière plus rationnelle.

Avez-vous des idées sur la façon dont nous pouvons étendre la communauté OpenStreetMap ?

OpenStreetMap se développe dans un cercle vicieux d’auto-consolidation. Plus de données signifie plus d’utilisation des données. Les utilisateurs de données peuvent devenir des contributeurs. Des contributeurs occasionnels peuvent devenir des contributeurs réguliers. Mais cette transformation ne se fait pas en fonction d’un rapport constant. Des applications comme OsmAnd font plus pour convertir des utilisateurs en collaborateurs que, par exemple, Maps.ME. ID est censée conserver plus de nouveaux mappers que Potlatch ne l’a fait. Chaque contribution au développement de OpenStreetMap doit se faire dans cette optique : je contribue à plus de data, à une meilleure utilisation des données et plus je génère de nouveaux utilisateurs et plus je capte de nouveaux mappers.

Quelle est la plus grande force d’OpenStreetMap, à votre avis ?

La plus grande force est, bien entendu, la flexibilité et la liberté. Nous ne sommes unis que par l’idée commune, ambitieuse et folle de mettre en carte l’entièreté du monde. Cela permet à chacun de contribuer en fonction de ses propres motivations, ce qui signifie que vous obtenez une carte qui peut servir à tous. Le fait que tant de procédures dans le monde OpenStreetMap paraissent si lentes et difficiles semble aller de soi, tout simplement parce que les procédures n’appartiennent pas au monde OpenStreetMap. Une grande analyse de la façon dont ce type de projet est construit, se retrouve dans le livre “Wise Swarm” de Falkvinge. La similitude entre OpenStreetMap et son mouvement politique est très frappante. En bref, prenez une personne avec une idée un peu folle, et laissez-la évoluer au sein d’une multitude de personnes qui la complètent chacune à sa façon, et qui le font parce qu’elles créent quelque chose par plaisir et sans désir aucun d’une quelconque récompense. Le livre est aussi un guide pratique. Les problèmes et les opportunités qu’il perçoit sont presque identiques à ceux auxquels nous faisons face. Hautement recommandé! Et bien sûr libre pour tout téléchargement.

Quel est le plus grand défi pour OpenStreetMap ?

Il me semble que le plus gros problème d’OpenStreetMap est que les données sont complètement sous-utilisées. Parce que le fait vous pouvez vraiment faire n’importe quoi avec OpenStreetMap, osm.org est une introduction vraiment limitée. Pour qui veut travailler autour d’un thème spécifique, cela va grâce à la simplicité du travail pour encore opter pour une base de données distincte. Toutefois, il est facile de réunir communauté riche autour d’un aspect bien spécifique. Par exemple, considérons l’immense succès de iOverlander. L’application permet de trouver facilement des emplacements qui sont adaptés pour les personnes voyageant avec un camping-car. Ils obtiennent par Internet des balises indiquant la disponibilité de places, d’eau, etc. Tout le monde peut contribuer, rectifer, examiner. Nous perdons la contribution de ces gens, et ils perdent l’insertion dans une carte avec laquelle vous avez atteint votre destination. Mon rêve est un iOverlander qui fonctionne entièrement sur les données OpenStreetMap. Construire une telle application que vous pouvez facilement adapter à toutes sortes de groupes de niche et vous avez l’une des killer apps dont nous avons besoin. A cet égard, je trouve Coffeedex une brillante idée, hormis le fait que ce soit un sujet un peu controversé pour commencer.

Comment restez-vous à jour avec les nouvelles liées à OpenStreetMap ?

Il existe de nombreux canaux d’information, et ce sont souvent des mondes distincts. Suivre les listes de diffusion n’est pas mon habitude, sauf pour la communauté de l’Amérique latine. Sur le forum, il y a encore trop peu de mouvement. Sur ce forum, il y a trop peu mention d’aide, et c’est fantastique pour des questions spécifiques. Pour obtenir de l’aide, c’est encore grâce à Google que j’en trouve le plus. Et puis il y a OSMweekly, les journaux et le groupe Reddit. Il me semble que cela pourrait être mieux. A cet égard, je pense que Reddit est intéressant : tous les lecteurs contribuent à l’évaluation de chaque nouveau poste et chaque nouveau commentaire. Le plus intéressant vient dès lors automatiquement en priorité. Le plus intéressant de tous les canaux devrait être regroupé de telle manière.

Avez-vous des contacts avec d’autres cartographes ?

Localement, grâce au Meetup qu’ils ont organisée à Gand, j’ai souvent rencontré Ben et Jorieke. J’étais l’année dernière régulièrement aux meetups et j’ai appris à connaître une foule d’autres cartographes. J’ai également un contact assez suivi avec Marco Antonio, “le” mapper de Bolivie.