Road completion project

En rouge, les données officielles. Au moins c'est rouge, au plus OSM est complet.

Nous nous appelons OpenSTREETMap pour une raison: nous avons un excellent réseau routier. Il y a les “turn restrictions” et la navigation entre les différentes voies de la route, les sentiers de randonnée et les pistes cyclables. Mais il y a encore quelques petites erreurs qui traînent par ci par là. Notre objectif est de corriger ces erreurs en utilisant les données libres d’accès (“open-data”) officielles pour vérifier et détecter les données manquantes. Nous en profitons également pour améliorer les données officielles et vous offrir une qualité minimale garantie.

Crowdsourcing and Open Data

Puisque la carte est créée par les contributeurs, chaque erreur que nous voyons sera corrigée. Mais quelques modifications de la carte ne sont pas parfois pas très visibles. Par exemple, une nouvelle route avec juste deux, trois maisons, sans aucune connexion ; le changement de nom d’une route, ou une erreur dans le nom d’une route ; ou encore une route qui a été tracée sur base d’anciennes photos aériennes de mauvaise qualité.

Comme le gouvernement a enfin décidé de donner un accès libre à ses données, de plus en plus de jeux de données sur les routes sont maintenant disponibles. Nous voulons utiliser ces données pour améliorer notre carte - et pourquoi ne pas améliorer ces jeux de données également. Notre contributeur Joost Schouppe a déjà fait quelques expériences et a écrit un article sur le sujet : http://www.openstreetmap.org/user/joost%20schouppe/diary/39250.

L’évolution de la cartographie des routes à Bruxelles. Vert: routes “lentes”. Gris: routes cartographiées. Noir: routes ajouté ce mois-là.

Assurances qualité

En tant que communauté, nous voulons construire des outils pour nous assurer que toute correction apportée aux ensembles routiers de données officielles est rendue accessible pour la communauté qui cartographie aussi rapidement et aussi précisément que possible. La Flandre n’étant pas la seule entité à publier de tels outils, nous allons essayer de construire quelque chose qui est facilement adaptable à n’importe quel jeu de données des axes routiers dans le monde entier.

Une fois que ces outils sont opérationnels et que nous avons effectué une première passe sur les données, nous pouvons évaluer la qualité d’OSM en Flandre en comparant de nouveau les données et en analysant les différences. Nous espérons alors garantir un niveau minimum de qualité des données routières d’OSM par rapport à la qualité des ensembles de données libre d’accès disponibles. Espérons que cela rendra OSM en Belgique utilisable dans encore plus de cas.

Un exemple de routes “lentes” manquantes

Actualités

Nous allons planifier un “hackday” consacré à ce sujet. C’est pour vous si vous voulez en savoir plus sur l’utilisation de données ouvertes pour améliorer OSM, et vice versa. Surtout si vous voulez travailler avec les bases de données PostgreSQL, les tuiles vectorielles, Osmose ou Maproulette.

Événements clés