Collaborative infrastructure for the smart city

Les régions intelligentes ont besoin d’une infrastructure numérique intelligente. Chez OpenStreetMap Belgium, nous voulons être les premiers à cartographier de nouvelles choses. Ce n’est pas seulement parce que nous aimons faire cela, mais c’est aussi pour offrir le meilleur service aux utilisateurs de nos données. Et cela a également une implication pour le gouvernement local.

À l’ère de la ville intelligente, le gouvernement local risque de perdre le contrôle. En tant qu’acteur local par définition, ils ne peuvent offrir que des services très locaux. Mais qui les utilisera ? Les villes s’attendent-elles vraiment à ce que les citoyens, les visiteurs et les entreprises installent une application pour Gand et une application pour Anvers ? Même les régions sont souvent trop petites pour travailler par elles-mêmes, même si tant de personnes entrent et sortent de Bruxelles chaque jour.

La seule façon dont les villes peuvent espérer maintenir leur pertinence, c’est en adoptant des plateformes globals et mondiales. Seuls celles-ci ont le potentiel de se mettre en mesure d’offrir des services peu coûteux, et de devenir ainsi assez populaires pour avoir un impact réel sur ce qui se passe dans une ville. Mais toutes les “nouvelles choses fraîches” sont de grands défis. AirBnB déforme le marché du logement. Uber sape les entreprises traditionnelles de taxi. Essentiellement, ces types de services dérégulent les industries en faisant semblant de ne pas en faire partie. Vous pouvez penser ce que vous voudrez, mais du point de vue du gouvernement local, cela signifie perdre le contrôle.

Existe-t-il une alternative ? Nous pensons qu’il y en a. Lorsque Gand a introduit un nouveau plan de circulation, la ville a essayé de faire en sorte que tous les opérateurs de cartes intègrent leurs données. Certains ont promis de le faire l’année prochaine. D’autres ont dit qu’ils le feront et ne l’ont pas fait. Et l’un d’eux vient de le faire, le jour de l’introduction, et a mis les données à la disposition de tous ceux qui se soucient de l’utiliser. En fait, n’importe qui peut corriger toute erreur dans les données elles-mêmes, c’est pourquoi il est garanti que leurs efforts atteingnent le client. Cette alternative s’appelle OpenStreetMap, et c’est un jeu de données cartographiques ouvertes qui couvre le monde entier. C’est le seul service de cartographie qui évolue au niveau mondial et qui peut encore être utilisé par les gouvernements locaux pour influencer directement l’expérience des utilisateurs citadins.

Alors, comment ça marche ?

Lorsque les choses changent, les bénévoles de OpenStreetMap sont fiers d’être les premiers à les cartographier. Lorsque Andrah Pradesh en Inde s’est divisée en deux états, OpenStreetMap a été le premier à cartographier les nouveaux États. Quand quelque chose de nouveau se produit autour d’un de nos mappeurs, ils ouvrent leur éditeur de carte sans une seconde réflexion. Tout comme nous le faisons lorsque de grandes choses changent. Nous avons été les premiers à planifier la zone piétonne à Bruxelles. Nous étions en avance sur le jeu lorsque le plan de circulation a changé à Louvain, nous avons été les premiers à Gand, nous avons été les premiers à mapper la nouvelle route A11. Comment Halle ou Dendermonde pourraient-elles encore rêver d’insérer leur ville dans une base de données mondiale ? Ceci se fait grâce à nos contributeurs dévoués, qui adorent voir leurs villes et leurs quartiers correctement représentés sur la carte. Un écosystème complet de moteurs de navigation, de cartes de base, d’applications de smartphones et de chercheurs de données consomme ces données, en commençant la seconde qui suit leur téléchargement.

Au fil du temps, les gouvernements développeront des outils pour communiquer ces types de changements de manière structurée. Peut-être que les acteurs commerciaux utiliseront ces informations plus rapidement. Nous nous adapterons. Pour l’instant, nous avons besoin de vous. Si c’est juste un petit changement, faites une “note” - ou gérez vous-même la cartographie. Si vous travaillez dans un gouvernement et que c’est un changement plus important, envoyez un courriel à community@osm.be avec vos plans. Nous sommes une communauté de bénévoles, donc nous ne pouvons rien garantir. Mais même sans garantie, nous avons tendance à battre la concurrence. Pour l’amour de nos villes et pour l’amour de nos données.

OpenStreetMap n’est pas seulement un compétiteur moins convivial que Google Maps. Nous sommes une infrastructure ouverte, qui vous permet de changer le monde grâce à la cartographie. Lorsqu’un groupe de communautés de Flandre Occidentale introduit un plan visant à éliminer le trafic lourd du centre des villes, nous l’adaptons également. Et les outils existent pour aider les camionneurs à naviguer légalement. Cela ne se termine même pas là. Nous offrons la navigation pour vélo, sur les sentiers de randonnée et même pour les fauteuils roulants. Nous pouvons vous aider à trouver l’ATM le plus proche, ou la fontaine d’eau potable. Nous pouvons vous aider à cartographier votre quartier comme vous le voyez. Et on peut cartographier les zones de crise en Afrique afin que les médecins puissent trouver leurs patients.

Notre façon de travailler pourrait-elle être un modèle pour l’avenir ? La collaboration ouverte peut-elle dynamiser la ville intelligente - avec une infrastructure mondiale alimentée par les citoyens, soutenue par les gouvernements et permettant aux entreprises de profiter, sans définir de limites ni de portée?

Nous pensons que cela se pourrait. Mais nous aurons besoin de votre aide.